Ma rencontre avec Robert COMBAS au Cube Blanc de Decines


Ma rencontre avec Robert COMBAS au Cube Blanc de Décines le 28 avril 2012

L’espace « le cube blanc de Décines » a été construit à l’origine de manière temporaire en résonnance à  la biennale de Lyon de 2011.

Au regard de l’affluence des visiteurs et de son succès, il n’a pas été détruit. Au contraire, il a été racheté par la mairie. Aujourd’hui,  une association s’est constituée, des bénévoles appelées « médiatrices » en font partie.

C’est là  que j’ai rencontré, comme d’autres, Robert  Combas :

Une médiatrice m’accueille, elle est surprise que je vienne d’aussi loin : Jassans-riottier…

Elle explique : « La toile qui est accrochée sur le fond du cube a été créée à la fois par les bénévoles et par Combas. Les médiatrices ont d’abord  posé des tâches de couleur sans vraiment y croire.  Elles  ne trouvaient pas cela terrible. Puis,  une fois accroché au mur, cela rendait déjà mieux…

Ensuite  Robert Combas d’ une tâche a fait une marguerite ; avec une autre : un chat, etc… Puis,  il a cerné de noir celles qui restaient. La magie a opéré en 3 séances de travail. »

La toile est réussie et belle.

 

Le cube est très petit, il n’était pas destiné à ce genre de manifestation. Il ne peut accueillir que 20 personnes à la fois. Nous entendons Combas parler de l’extérieur mais nous ne comprenons rien à ce qu’il dit. Je décide de me faufiler.

Ce qui me surprend lorsque je le découvre,  ce sont ses jambes fléchies. Il est habillé en jean moulant, baskets beige foncée, et trench à carreaux.

Dans le cube il y a trois sculptures deux toiles.

Sur l’une avec des coulures et des personnages peints COMBAS écrit en travers comme sur certaines de ses autres toiles. Il prend un énorme marqueur noir et sous nos yeux ébahis, il se met à dessiner des tas de personnages tous plus différents, amusants, surprenants les uns que les autres.

Voici quelques réponses que Combas fait aux admirateurs présents :

A quoi vous faites références quand vous faites des coulures :

«  Pour moi ça me semble évident. Chacun…ça représente ce qui se passe dans mon corps »

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Aimez-vous toutes les couleurs ?

« OUI . J’aime les couleurs de l’arc en ciel. Pour moi, le noir et le blanc sont des couleurs »

Pourquoi êtes- vous aussi prolifique ?

Par-ce-que je sais que cela va s’arrêter.

Etes-vous dans un état second quand  vous peignez ?

Son collègue ou ami répond à sa place, « On peut dire que lorsqu’on le voit peindre, il est en transe »

Je n’aime pas beaucoup parler, je préfère peindre.  Je me suis abîmé en peignant, ce sont surtout les jambes qui ont pris à toujours piétiner. »

Robert Combas a dessiné devant nous pendant  15 mn.  Le cube n’est pas aéré, il était en transpiration. Il est resté une heure au cube blanc. Je n’ai pu le voir que 30 minutes, c’était un moment détonnant.

 

    Fabienne Lottiaux.



4 Comments

  1. Bena wrote:

    Bonjour Béna

    Merci à toi et à Fabienne pour cet article très bien fait

    Jean-Michel

  2. Fabienne, ton article est trés bien, tu m’étonneras toujours. Je ne suis pas une « fada » de ce peintre Robert COMBAS, par compte je suis contente d’avoir vu une partie de l’exposition et de connaitre cet artiste peintre et de lire ses annotations sur ses tableaux qui ne sont pas piquées……..des pinceaux. Continue comme ça, bravo. Bisoux, bisoux Elisabeth

  3. Nom *Bena wrote:

    Bonsoir Fabienne

    Je viens de lire ton article que j ai trouvé très intéressant

    A tel point que j ai regretté qu il n y ait pas de photos de ce tableau et de cet artiste dont tu parles si bien..

    Bravo pour tes talents de journaliste Tu es une femme surprenante et pleine de ressources.

    J’ ai aimé au sens propre comme au virtuel mais je ne suis pas sûre que ça ait marché.

    Tiens moi au courant gros bisous

    Frèd.

  4. Nom *arlette wrote:

    Fabienne bravo pour cet excellent reportage , j’espère bien que nous en reparlerons à l’atelier de Béna
    Bises

Laisser un commentaire